Le chef d’orchestre

…également appelé pompeusement directeur musical…

Vincent Laibe à la baguette

 

A quoi ca sert ?

Mis à part à gesticuler devant nous pour nous cacher du public et à plomber le budget de l’assoc’, c’est lui qui par ses gestes, son visage, son expression, nous fait jouer (plus ou moins) bien. Il donne le tempo, fait démarrer les musiciens au bon moment (quand il n’oublie pas), et nous fait travailler à toutes les répétitions. Il aime jouer avec sa baguette, qui peut accessoirement servir a crever l’oeil d’un musicien recalcitrant.

Et c’est tout ?

Bah oui mais c’est beaucoup. Il nous aide également dans le choix des morceaux, il fabrique parfois les arrangements pour combler les manques d’instruments dans certaines oeuvres.

Ca a l’air bien… mais il faut quoi pour être chef d’orchestre.

Ouuuhla… du charisme, de la volonté, de la patience, etre beau, fort, élégant. Avoir l’oreille absolue et chanter parfaitement juste.
Et puis un peu connaître la musique, savoir lire une grosse partition avec plein de notes pour tous les instruments, savoir s’adapter à son orchestre pour lui faire donner ce qu’il a de mieux.

Ah ouais quand même et c’est qui alors ?

Vincent Laibe. Je connais pas son CV par coeur, mais en gros il sort de l’école de musique de Villefranche (diplome d’études classiques), il est percussionniste. Il est prof de batterie et percussions dans différentes écoles de musique et aux particuliers.
Il fait partie de plusieurs groupes et orchestres : feu Jazz Pression, Docteur Lester, Serane.

Et il est beau, fort, élégant, plein de charisme avec une voix parfaite et l’oreille absolue ?

Oui, bien sûr, sinon il serait pas notre chef.